Show simple item record

dc.contributor.authorSedkaoui, Cherifa
dc.date.accessioned2017-05-09T13:13:58Z
dc.date.available2017-05-09T13:13:58Z
dc.date.issued2015
dc.identifier.citationSciences Medicalesen
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/1010
dc.description201 f. : ill. ; 30cm. (+ CD Rom)en
dc.description.abstractLe cancer colorectal représente un problème majeur de santé publique dans les pays riches de la planète, en raison de sa fréquence et surtout en raison de sa gravité. En Algérie, l’incidence de ce cancer demeure faible par rapport aux pays développés. Néanmoins, cette incidence est en constante croissance. Le 5-fluorouracile (5-FU) est la molécule la plus anciennement utilisée. Les résultats positifs des essais cliniques et la tolérance des patients à la Capécitabine ont permis à cette dernière d’être une alternative valide au 5-FU intraveineux. L’arrivée de l’Irinotécan et de l’Oxaliplatine ont renforcé le traitement de cette maladie, les thérapies ciblées ont fait leur apparition grâce au développement des techniques de biologie moléculaire qui a permis de mieux comprendre la genèse de ce cancer. Le défi actuel est de les dépasser et de faire mieux afin de rendre cette pathologie, quand elle est incurable, une maladie chronique. La prise en charge des cancers colorectaux métastatiques (CCRM) nécessite une approche multidisciplinaire qui voit la participation de : chirurgien, oncologue, gastroentérologue, radiologue et anatomopathologiste. Jusqu'à présent, en littérature comme en clinique, l'événement métastatique a été considéré comme prépondérant par rapport au siège de la tumeur primitive. Dans notre étude nous avons évalué l’association d’une chimiothérapie à base de Capecitabine, Irinotecan (protocole CAPERI) à un anti VEGF le Bevacizumab chez des patients atteints de cancer colorectal métastatique. Les objectifs de l’étude sont l’évaluation des réponses thérapeutiques, la tolérance, la survie sans progression, et la survie globale. 52 patients répondant aux critères d’inclusion et d’exclusion ont été inclus dans l’étude durant la période allant de janvier 2010 à janvier 2012 : 30 hommes et 22 femmes. L’évaluation après 04 cures de traitement retrouve un taux de réponses objectives de 59,6% et un contrôle tumoral de 76% ; une médiane de survie sans progression calculée selon la courbe de Kaplan Meier de 09 mois (7,2 – 10,8 mois) et une médiane de survie globale de 16 mois (14,5– 17,6 mois). La tolérance du protocole est acceptable après adaptation de la dose de l’Irinotecanen
dc.language.isofren
dc.publisherUniversité Mouloud Mammerien
dc.subjectCancer : Chimiothérapieen
dc.subjectCancer colorectal métastatiqueen
dc.subjectCapecitabineen
dc.subjectIrinotecan-Bevacizumaben
dc.titleChimiothérapie et thérapie ciblée dans le canser colorectal métastatiqueen
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record