Show simple item record

dc.contributor.authorJouadi, Kamilia
dc.contributor.authorArab, Ouardia
dc.date.accessioned2020-03-02T10:38:15Z
dc.date.available2020-03-02T10:38:15Z
dc.date.issued2017
dc.identifier.citationlangue et culture francophoneen
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/11151
dc.description57p.;30cm.(+cd)en
dc.description.abstractDans notre travail de recherche, nous avons traité la question de la violence subie par la femme particulièrement algérienne, qui est un phénomène lié à la décennie noire ». Il s’agit d’une analyse sociocritique des thématiques abordées dans le roman choisi, écrit par Leila Marouane, avec un style violent, colérique qui traduit sa dénonciation de la violence. Nous avons constaté que l’écriture algérienne durant cette époque se caractérise par une urgence extrême de témoigner de la barbarie qui ravage l’Algérie. Ce témoignage est devenu une obligation pour les intellectuels algériens. L’analyse de ce roman a permis de comprendre le lien entre la violence faite aux femmes et leurs révoltes. Cette dernière (la rébellion) n’est qu’un résultat des violences et des traumatismes vécus qui l’ont poussé à réagir face à leurs destins malheureux. Ainsi, la violence est subie sous différentes formes qu’elle soit corporelle, psychique, familial, esclavage, exploitation… Dès lors, la femme algérienne a lutté pour sa survie et celles des autres femmes du monde entier, qu’elle soit par l’orale ou l’écrit dans le but d’avoir une place dans sa société à côté de l’homme. Par ailleurs, nous avons constaté que la violence n’est pas nouvelle dans notre société, ceci est dû à des années de guerre et de colonisation. Nous nous sommes penchées sur la guerre de libération qui nous à permet de comprendre la liaison entre les deux époques ainsi que les origines de la guerre civile. Il est important de signaler que la finalité de ce travail est de décrire le quotidien féminin durant l’époque du terrorisme algérien. La femme qui a subit la sauvagerie des extrémistes islamistes, le bannissement de la société et surtout la famille qui l’ont privée de ces droits à la protection, à la tendresse au tant qu’être victime. Pour conclure, « Le châtiment des hypocrites » est une oeuvre par excellence qui traite des vécus réels en les fictionalisant par la création des personnages fictifs. Et Leila Marouane est une écrivaine humaniste avant d’être féministe. Elle entrevoit une voie de liberté pour cette femme opprimée depuis des décennies, voire depuis des siècles. Elle a, par le biais de Kosra franchi le silence et s’est vengé elle-même de ces bourreaux et elle a repris sa propre liberté. 59 Notre analyse est loin d’être exhaustive, nous aurions souhaité si le temps nous n’avait pas manqué élargir notre étude à d’autres thématiques féministes, ou à d’autres formes de la violence contre les femmes.en
dc.language.isofren
dc.publisherUNIVERSITÉ MOULOUD MAMMERI DE TIZI-OUZOUen
dc.titleDe la violence à la révolte féminine à travers le roman « Le chatiment des hypocrites »de Leila Marouane.en
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record