Show simple item record

dc.contributor.authorSeklaoui-Oukid, Ouiza
dc.date.accessioned2017-05-24T12:56:37Z
dc.date.available2017-05-24T12:56:37Z
dc.date.issued2016-03-15
dc.identifier.citationStructures et matériauxen
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/1228
dc.description119 f. ill. ; 30 cm. (+ CD- Rom)en
dc.description.abstractL’envasement des retenues de barrages en Algérie a pris une ampleur importante, limitant ainsi leur capacité (diminution importante du volume d’eau stockée). Le désenvasement est un moyen de lutte contre l’envasement néanmoins les conséquences engendrées sont le dépôt sédimentaire et les problèmes liés à son stockage. Les projets d’infrastructures dans le domaine des travaux publics nécessitent d’importantes quantités de matériaux. En Algérie, les matériaux naturels se font rares et couteux, en effet, dans le but de protéger les nappes phréatiques, le gouvernement a pris des mesures très strictes pour l’extraction de sable de rivières. Afin de répondre aux demandes importantes de matériaux pour la mise en place des nouvelles infrastructures routières (notamment l’autoroute Est-Ouest), il devient nécessaire de trouver des sources de matériaux de remplacement. L’objectif de la thèse est de proposer une solution au dépôt sédimentaire issu du dragage du barrage de Merdja Sidi Abed et de tester la possibilité de réutiliser les sédiments dans le domaine des travaux publics (en couche de forme), notamment en utilisant ces matériaux comme une solution de remplacement aux matériaux de base. Le barrage d’El Merdja Sidi Abed à l’origine était un lac alimenté à partir d’une rivière par une station de pompage. Les sédiments dragués dont le volume est estimé à 5 million m3, sont constitués d’un dépôt de particules fines. Les caractéristiques géotechniques de ce matériau sont trop faibles pour envisager leur utilisation directe. Un traitement est nécessaire afin d’obtenir des caractéristiques mécaniques minimales permettant leur utilisation, par exemple en couche de forme dans le domaine routier. Dans un premier temps, une caractérisation géotechnique et minéralogique du matériau est réalisée. L’analyse minéralogique (diffraction X, MEB) permet de définir le type d’éléments présents dans le matériau. On met notamment en évidence la présence d’argile gonflante. Les essais géotechniques classiques (analyse granulométrique au laser, limites d’Atterberg, valeur au bleu et teneur en matières organiques) permettent de classifier le matériau dans son état naturel. Ensuite, on étudie la possibilité d’un traitement au ciment afin d’améliorer les caractéristiques mécaniques du matériau. L’amélioration apportée est évaluée à partir des résultats des essais de poinçonnement, de compression et de traction par fendage. Enfin une étude comparative des coûts entre des solutions de couche de forme en matériaux traités et non traités est menée afin de pouvoir choisir une solution économique.en
dc.language.isofren
dc.publisherUniversité Mouloud Mammerien
dc.subjectTravaux publics : sedimenten
dc.subjectTravaux publics : barrageen
dc.subjectGénie- civil : valorisationen
dc.subjectTravaux publics : valorisationen
dc.subjectSédiment draguéen
dc.subjectMerdja Sidi Abed (Algérie)en
dc.titleValorisation des sediments du barrage d'el merdja sidi abed : Etude technico-economiqueen
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record