Show simple item record

dc.contributor.authorHermime, Nora
dc.date.accessioned2019-06-11T12:31:44Z
dc.date.available2019-06-11T12:31:44Z
dc.date.issued2013
dc.identifier.otherMST/ENRG63
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/4124
dc.description66 f. : ill. ; 30 cm. +(CD-Rom)en
dc.description.abstractL’énergie solaire propre est non polluante. Elle est disponible sur l’ensemble du globe terrestre, évidemment à différente intensité ; elle est durable et inépuisable (si l’on compte le temps en millions d’années), et n’a pas besoin d’une technologie de pointe pour son utilisation. Cependant il y a un certain nombre de facteurs qui rendent son exploitation difficile, principalement l’intermittence du rayonnement solaire et sa variation journalière et même suivant l’année. En effet l’énergie solaire reste tributaire des conditions météorologiques ; de plus il y a un déphasage entre les besoins en énergie (chaleur) et les apports générés par l’énergie solaire. Au vu de cette indisponibilité, il faut toujours prévoir un appoint en énergie pour chaque utilisation, ainsi les systèmes solaires sont souvent assistés énergétiquement. Pour rendre son exploitation plus ou moins facile, on recourt à des techniques et des dispositifs simples, efficaces et non coûteux. Les différentes technologies de solaire thermique basse température peuvent être considérées comme technologiquement et industriellement matures et proches de la rentabilité. Actuellement, la cuisson solaire est très répandue à travers le monde. Cependant en Algérie, elle reste méconnue du grand public et peu de chercheurs et d’ingénieurs algériens se penchent encore sur cette problématique. Dans cette contribution, nous avons tenté d'apporter une analyse sur le comportement thermique d'un cuiseur solaire en boite simple. Les approches et les procédures utilisées permettent de donner et de fournir des résultats et des fonctions qui déterminent les évaluations des différentes températures. L’étude numérique montre que la température de la plaque absorbante atteint des valeurs intéressantes, 135°C, obtenues entre 12h et13h, correspondant au moment où le soleil est à sa hauteur maximale, et pour la période de l’Eté sur le site d’El Bayadh. Plus au Nord sur le site de Tizi-Ouzou, elle est de 130°C et on atteint 125°C à Tlemcen. En saison hivernale, la température de la plaque et celle de l’air intérieure du cuiseur restent assez bonnes, plus de 90°C sur tous les sites, ce qui permet de mener à terme la cuisson de la plupart des mets. D’après ces résultats, le modèle de cuiseur étudié peut fonctionner convenablement dans les trois sites retenus et donc dans tout le territoire algérien et ce pendant toute l’année, surtout lorsque la journée est bien claire. Le cuiseur solaire boite est donc un moyen de cuisson pouvant parfaitement s’intégrer dans le Nord de l’Algérie. Ne pouvant constituer pour des raisons évidentes, une solution de substitution à la cuisinière conventionnelle fonctionnant au bois, au gaz où à l’électricité, l’utilisation d’un cuiseur solaire, dans la vie quotidienne, fait découvrir cependant une autre façon de préparer la nourriture, moyennant une forme d'énergie qui respecte l'environnement et assure un développement durable. Il permet de faire de réelles économies, à la fois pécuniaires et en terme d’énergie consommée ; le milieu naturel est lui aussi gagnant, puisque les émissions de gaz à effet de serre sont réduites.en
dc.language.isofren
dc.publisherUniversité Mouloud Mammeri Tizi-Ouzouen
dc.subjectCuiseur solaireen
dc.titleContribution à l’étude du comportement thermique d’un cuiseur solaire boîte installé dans le Nord de l’Algérieen
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record