Show simple item record

dc.contributor.authorCherifi, Zakia
dc.date.accessioned2019-06-17T09:00:20Z
dc.date.available2019-06-17T09:00:20Z
dc.date.issued2018-12-15
dc.identifier.citationSciences Agronomiquesen
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/4335
dc.description122f. : ill. ; 30cm. (+ CD- Rom)en
dc.description.abstractUtilisation des drêches de brasserie en alimentation du lapin Actuellement, le prix de l’aliment industriel constitue une contrainte majeure en élevage du lapin en Algérie. Il entrave le développement de la cuniculture. Ainsi, la majorité des matières premières utilisée dans la formulation des aliments reste importée et est soumise aux variations des coûts sur le marché mondial. De ce fait, la recherche de ressources végétales ou de coproduits agro-industriels, disponibles localement, s’avère une alternative intéressante voire nécessaire. La mise en œuvre de systèmes d'alimentation durables, incluant une réduction des coûts, devient ainsi un objectif à atteindre. Les travaux de recherche réalisés dans notre thèse portent sur la valorisation de la drêche de brasserie en alimentation du lapin en croissance. Trois essais sont conduits pour étudier la possibilité de substituer, partiellement ou totalement, les drêches de brasserie aux sources alimentaires importées et largement utilisées en alimentation du lapin en croissance. L’incorporation des taux croissants (20 et 30%) de la drêche de brasserie a permis de maintenir et la vitesse de croissance (31g/j) et l’indice de consommation au même niveau que celui de l’aliment formulé à base du tourteau de soja. Lorsque la drêche de brasserie est introduite à un taux élevé de 40%, en remplacement totale du tourteau de soja, les résultats obtenus sont appréciables : une vitesse de croissance de 35g/j et une efficacité alimentaire de 3,5. La drêche de brasserie (27%), associée uniquement au son de blé (72%), sous forme de formule simplifiée, a permis d’atteindre des performances de croissance convenables : GMQ de 31g/j et CMQ de 113g/j. Toutefois, ces performances sont statistiquement inférieures à celles permises par l’aliment témoin. Par contre, l’efficacité alimentaire est appréciable et similaire dans les deux lots. A l’abattage, les carcasses sont significativement moins grasses, avec un rendement en carcasse froide important (57%). Globalement, les performances enregistrées au cours des trois essais confirment la possibilité de formuler des aliments granulés pour lapin en croissance en intégrant des coproduits agro industriels, disponibles localement, en remplacement partiel ou total des sources alimentaires importées. Cette option a conduit à des aliments à moindre coût et non compétitifs avec l’alimentation humaine. Ainsi, cette stratégie de valorisation des sources locales s’avère un impératif pour atteindre l’autonomie alimentaire de nos élevagesen
dc.language.isofren
dc.publisherUniversite Mouloud Mammerien
dc.subjectElevage : Lapin : algerieen
dc.subjectCunicultureen
dc.subjectAutonomie alimentaireen
dc.subjectAliment industrielen
dc.titleUtilisation des drêches de brasserie en alimentation du lapinen
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record