Show simple item record

dc.contributor.authorTaleb, Tinhinane
dc.contributor.authorSilkhider, Soraya
dc.date.accessioned2019-10-13T14:05:32Z
dc.date.available2019-10-13T14:05:32Z
dc.date.issued2015
dc.identifier.citationLittérature et cultures francophonesen
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/6028
dc.description89p.:ill;30cm.(+cd)en
dc.description.abstractLa femme a connu, tout au long des siècles et ce notamment en Afrique noire, soumission et résignation, elle a été évincée de toute vie extérieure, vivant sous le joug de l’homme qui l’a confinée à un rôle subalterne. Cette situation est aussi le fait de femmes, gardiennes des traditions qui se retrouvent complices de « ces dieux à face humaine » pour reprendre De BEAUVOIR, et qui se voient ainsi acquérir un pouvoir suprême ayant pour mission la perpétuation de telles coutumes freinant l’émancipation de la femme. Des écrivaines femmes africaines, dont Mariama BA, dénoncent une telle situation où la polygamie encouragée par les traditions et la religion, réduit la femme à un simple rôle de reproductrice, d’objet sexuel et de « non individu ». Une si longue lettre constitue l’appel que lance BA pour rendre la parole aux femmes et dire que l’instruction et l’écriture sont des moyens incontestables qui garantissent l’ascension sociale de la femme et son émancipation.en
dc.language.isofren
dc.publisherUniversité Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzouen
dc.titleL’émancipation de la femme noire africaine par et grâce à l’écriture dans le roman Une si longue lettre de Mariama BAen
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record