Séminaire national sous le thème : L’industrie agroalimentaire en Algérie, potentialités et défis

Industrie agroalimentaire

Séminaire national sous le thème : L’industrie agroalimentaire en Algérie, potentialités et défis

Centre des réseaux (Hasnaoua 2), les 27 – 28 Octobre 2021

Appel à communication

  1. Problématique du séminaire 

La crise sanitaire engendrée par la pandémie du Covid-19 vient de nous rappeler que notre système productif est faible et en même temps fragile car dépendant des importations d’inputs de l’étranger. Dans le contexte de récession économique mondiale et où la plupart des frontières sont fermées, l’Algérie ne peut compter que sur elle-même, mais avec peu de ressources productives à gérer et face à des besoins de plus en plus grandissants.

Est-il besoin de rappeler qu’une baisse de la facture alimentaire passe nécessairement par une augmentation de la production nationale supposant un important effort d’investissement dans l’agriculture et l’industrie de transformation. Le développement de l’industrie agroalimentaire revêt alors une dimension stratégique et il faudra initier le plus grand nombre de projets possibles pour d’une part, faire de la substitution aux importations, et d’autre part, arriver à assurer la sécurité alimentaire. La question de la relance de l’investissement productif ainsi que la création de nouvelles entreprises afin de densifier le tissu économique revêt dans ce cas une importance primordiale.

A ce titre, on dénombre plusieurs milliers d’entreprises agroalimentaires en Algérie, de tailles très différentes et qui opèrent dans des secteurs très divers. Plusieurs filières comptent des centaines de producteurs mais, d’une façon générale, l’essentiel de la production est assuré par quelques grosses entreprises et quelques dizaines d’entreprises de taille moyenne. C’est le cas dans les boissons où l’on compte près de 700 entreprises, avec seulement une trentaine d’entreprises importantes, dont quelques leaders (Castel, Fruital, ABC Pepsi, Hamoud Boualem, IFRI,…) qui assurent l’essentiel de la production. La situation est analogue dans le secteur de la transformation des céréales avec quelques moulins publics (Eriad), des dizaines de moulins privés et quelques gros producteurs, dont certains sont devenus des groupes alimentaires (SIM, Benamor, Amour, Metidji, Harbour, Sopi, Moula, La Belle, Sosemie,…).

L’agroalimentaire est le concept qui s’applique aux filières qui concernent les produits alimentaires dont les plus importants en Algérie restent les filières céréales, lait et produit laitiers, boissons, viandes, conserves, huiles et oléagineux, sucre (Ghili, 2018).

Par ailleurs, les systèmes agroalimentaires ont connu au niveau international d’importants changements du fait de la globalisation croissante des marchés. L’élargissement de l’espace économique des grandes entreprises alimentaires et de distribution a été influencé non seulement par les accords internationaux en matière de réduction des barrières douanières et non douanières, mais aussi par un changement de paradigme technologique des activités de logistique et de distribution, révolutionnées par la numérisation des technologies d’information. À ces évolutions sur le plan économique, s’ajoutent les nouveaux défis sur le plan environnemental et de la sécurité alimentaire.

Cependant, la décision de localisation d’une entreprise peut être décrite comme une séquence de choix géographique dans laquelle l’entreprise choisit d’abord un pays puis une région à l’intérieur de ce pays. Une fois la localisation générale déterminée, les industries doivent s’intéresser aux spécificités caractérisant le territoire qui accueillera les activités industrielles. L’implantation des entreprises spécialisées dans l’agroalimentaire  joue un rôle très important dans le développement local et régional.

L’approche en termes de « Système Agroalimentaire Localisé » (Syal) est originellement un outil d’analyse. Elle vise la mise en valeur des ressources locales (Muchnik et Sautier, 2008) et à appréhender l’ancrage territorial des productions agricoles et agroalimentaires en considérant les spécificités locales des terroirs et des produits qui en sont issus, les organisations socio-économiques locales intervenant dans le processus de production, les modes de valorisation des produits, ou encore les représentations des consommateurs et la valeur symbolique du produit.

L’approche en termes de « Système Agroalimentaire Localisé » (Syal) est originellement un outil d’analyse. Elle vise la mise en valeur des ressources locales (Muchnik et Sautier, 2008) et à appréhender l’ancrage territorial des productions agricoles et agroalimentaires en considérant les spécificités locales des terroirs et des produits qui en sont issus, les organisations socio-économiques locales intervenant dans le processus de production, les modes de valorisation des produits, ou encore les représentations des consommateurs et la valeur symbolique du produit.

Dans ce contexte, la littérature spécialisée dans l’analyse spatiale des systèmes agroalimentaires porte un intérêt particulier sur la question de recherche suivante : quels sont les facteurs qui déterminent le degré d’ancrage ou enracinement territorial des productions agroalimentaires ? L’analyse de cette interrogation permettrait de mieux comprendre, d’une part, l’attachement de certaines productions à un lieu donné et, d’autre part, les mécanismes à l’œuvre dans les processus de délocalisation vers d’autres lieux où les facteurs de production ont des moindres coûts.

C’est dans ce cadre que l’équipe de recherche sur « les entreprises de la branche agro-industrie : entre impératifs du marché national et défis de l’exportation » compte organiser, durant le deuxième semestre de 2021, un séminaire national  consacré à « l’industrie agroalimentaire en Algérie : potentialités et défis ». L’objectif de la rencontre est de faire ressortir le poids de cette activité dans le tissu économique, d’une part, et de son interface avec le secteur agricole, d’autre part. Comment sont organisées les filières de l’agroalimentaire et quelles sont celles les plus performantes actuellement sur le marché national et à l’exportation ? Quelle contribution pour assurer la sécurité alimentaire du pays et réduire les importations des produits alimentaires ? Quel accompagnement fournir pour assurer une dimension stratégique à l’essor des activités agroalimentaires et l’entrepreneuriat dans ce domaine ?

Axes du séminaire

Axe 1: Activités agroalimentaires en Algérie : état des lieux et perspectives

Axe 2: Sécurité alimentaire et réduction des importations de produits alimentaires

Axe 3: Importance de l’interface industrie agroalimentaire et agriculture

Axe 4: Impact de la crise sanitaire sur l’activité agroalimentaire

Axe 5: Ancrage territorial de l’activité agroalimentaire

Axe 6: L’entrepreneuriat dans l’industrie agroalimentaire

Des communications parallèles à ces axes peuvent aussi être retenues si elles correspondent à la thématique générale du séminaire.

Pour plus d’informations, Téléchargez ce document.

 

Share Button

Contact