Show simple item record

dc.contributor.authorHadji, Tahar
dc.contributor.authorSaad, Fazia
dc.date.accessioned2021-02-23T08:08:11Z
dc.date.available2021-02-23T08:08:11Z
dc.date.issued2020-01-15
dc.identifier.citationOption:Management Publicen
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/12164
dc.description61 p.:ill;30cm.(+cd)en
dc.description.abstractLe financement du développement local est la conjugaison entre deux éléments étroitement associés : le financement d’une part et le développement de l’autre part, si le financement constitue un phénomène irréversible, le développement local en est la dynamique essentielle. En effet, après l’indépendance, l’Algérie s’est trouvée face aux problèmes de sous développement hérités d’une gestion coloniale faite dans le seul but d’assurer les intérêts de la colonisation. En Algérie, ces collectivités locales qui sont représentées par la commune et la wilaya ont connu de nombreuses modifications dans la nature de leurs ressources et leurs compétences. Ces dernières ne se limitent pas aux seules missions de services publics, mais à la promotion du développement socio-économique et culturel. Cette tendance a provoqué une croissance accélérée des dépenses publiques locales. Aussi en raison de la prédominance de l’Etat, les CL n’ont aucune décision sur le choix de leurs ressources ni sur la libre affectation de ces ressources, notamment celles provenant des produits fiscaux où celle-ci sont totalement centralisées : les CL ne sont pas autonomes financièrement. Ces ressources fiscales sont inefficaces et inadéquat par rapport aux missions des CL d’une part, le rendement de ces ressources est inégale d’autre part. Aussi, le découpage administratif de 1984 a donné naissance à des communes riches et autres pauvres. Malgré la consécration constitutionnelle de leur libre administration, les collectivités territoriales objet de notre présente étude n’ont qu’une autonomie financière relative. D’une part, leur pouvoir de décision en matière financière est très limites et le contrôle s’exerçant sur leurs décisions reste étroit, d’autre part, elles n’ont ni les ressources financières suffisantes ni la maitrise de leurs charges financières.en
dc.language.isofren
dc.publisherUniversité Mouloud Mammerien
dc.subjectCollectivités localesen
dc.subjectDépensesen
dc.subjectRecettesen
dc.subjectFinancementen
dc.titleLe Financement des collectivités locales locales en Algérie Cas des communes communes de Mekla et Azazga.en
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record