Show simple item record

dc.contributor.authorAit Guenissaid, Yasmine
dc.contributor.authorBandou, Melissa
dc.contributor.authorAichaoui, Yasmine
dc.date.accessioned2021-10-05T13:41:13Z
dc.date.available2021-10-05T13:41:13Z
dc.date.issued2021-07-27
dc.identifier.issnMre/PH306
dc.identifier.urihttps://www.ummto.dz/dspace/handle/ummto/13981
dc.description.abstractNotre revue de la littérature a pour objectif global de faire une synthèse générale d’informations à partir de 160 articles scientifiques, afin d’enrichir et d’approfondir les connaissances sur le nanomédicament et leur application dans le traitement des maladies qui envahissent notre monde. En effet, l’intérêt essentiel de ce mémoire n’est pas seulement académique, il est aussi pragmatique parce qu’il considère le côté pratique des choses. Les progrès considérables des nanotechnologies permettent aujourd’hui de développer des thérapies innovantes offrant de nouvelles possibilités de traitement. L’infiniment petit devient aujourd’hui porteur de grands espoirs. La taille des nanomatériaux leur permet d’interagir à l’intérieur même des cellules et ouvre des possibilités jusqu’ici inconnues pour augmenter l’efficacité de certains traitements classiques tout en réduisant leur toxicité. Ces dernières années, le marché des nanomédicaments connait une évolution mondiale substantielle surtout dans le domaine de l’oncologie. Certains sont déjà commercialisés : L'Abraxane® (Pactitaxel) fut le premier, il est utilisé dans le traitement du cancer du sein, le cancer du poumon et de l'hépatocarcinome ; le Caelyx® (Doxrubicine liposomal pegylée) lui, est prescrit dans le traitement du cancer pulmonaire et de l’ovaire ; et aussi ; l’Ambisome® (Amphotéricine B liposomal) pour le traitement des infections fongiques. Au cours de la réalisation de cette étude, nous avons rencontré plusieurs limites concernant la recherche bibliographique ainsi que la rédaction scientifique. L’adoption d’une méthodologie stricte dans le cadre d’une revue de la littérature était l’étape la plus difficile. Nous avons consacré beaucoup d’effort pour comprendre la démarche à suivre permettant de choisir une méthodologie idéale . En outre se familiariser avec certaines définitions et concepts essentiels liés à notre problématique était une étape évidente, ce qui a retardé le commencement de notre travail. Nous avons recherché les articles sur la base de 06 mots clés adaptés à notre thème, de ce fait, le champ de recherche était limité. Les résultats de l’analyse étaient variables entre les articles multi-méthodes d’une part et les articles uni-méthode d’autre part, de plus, la plupart des articles récents étaient payants. Une grande partie de la recherche est penché vers l’application des nanomédicaments pour traiter des maladies lourdes et ce qui a rendu la recherche délicate, est la présence de plusieurs résultats pour certaines maladies et peu de résultats pour d’autres. Le bilan était comme suit : (34 articles) pour les cancers et un nombre moindre (06 articles) pour le diabète, avec comme langue de publication majoritairement l’anglais. Enfin, les résultats de la présente étude doivent être interprétés avec prudence pour un principe simple : aucune recherche, aussi scientifique qu’elle soit, n’est parfaite. Par conséquent, il est nécessaire de souligner que la revue que nous avons effectuée n’est qu’un traitement annonce du sujet. Toutefois, notre souhait est que cette revue puisse donner naissance à une vague de travaux de recherche, ce qui suppose une analyse conséquente avec des résultats probablement beaucoup plus défendables. À l'avenir, les approches basées sur la nanotechnologie pourraient aider à gérer le COVID-19 en développant un système individuel qui combine le diagnostic et la thérapie ou en fournissant une thérapie personnalisée pour les patients atteints de maladie chronique. La littérature, récemment publiée, suggère que les exosomes (un type de vésicules extracellulaires) peuvent être utilisés de manière stratégique dans ce type d’infection, en particulier les exosomes dérivées de cellules souches mésenchymateuses qui peuvent être un candidat attrayant en raison de leurs diverses propriétés, notamment immunomodulatrices, régénératives et antimicrobiennesen
dc.language.isofren
dc.publisherUnivérsité mouloud mammeri Faculté de médecine de TIZI OUZOUen
dc.subjectNanomédicamenten
dc.subjectDomaine pharmaceutiqueen
dc.subjectNanomédicament polymèreen
dc.subjectNanomédicament lipidique solideen
dc.subjectNanoparticule inorganiqueen
dc.subjectNanoparticule polyéthylène glycolen
dc.subjectNanoparticule liposomaleen
dc.titleNanomédicaments appliqués aux maladies du siècle.en
dc.typeOtheren


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record